Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 13:50

m.Oillet"Lidentité ne se lie(lit) pas dans larithmétique de tous ses moments éparpillés. La constante évidence du moi à la traversée des évènements qui laffectent est lépiphanie dun Seul multipliée de ses innombrables venues au miroir de la co-naissance Au réceptacle multiforme des conditions, il se figure par la multiplication même, quoique sans dispersion, des traits de son unique envisagement Au souvenir rassemblé des expériences, Dieu accorde lidentité et cest ainsi que « je suis Dieu en personne bien que personne ne soit Dieu ni Dieu (une) personne ».

 

Le mystère que je reste en moi-même pour moi-même, cest le Secret dun Absolu infigurable, qui se donne à co-naître grâce à la vitalité de tous les possibles quil actualise à la traversée de ma seule expérience. La conjonction « et » à lintérieur du binôme un mouvement et un repos, désigne une seule identité et une seule réalité. Néanmoins chacun des deux termes nest pas lautre et nest pas réductible à lautre. Ni logique physicaliste, ni explication possible : la preuve séprouve à lépreuve de son irrémédiable négation, toute mesure sappliquant toujours là et non ici, à la source de pure lumière

Il aura fallu, étrange et rare alchimie, que les concepts et lintuition senrichissent jusquà lextrême perfection deux-mêmes et que sétablisse une sorte de silence logique, lécho de lâme qui saime dun amour infini, la Vie comme une réitération de lEsprit pur, le dialogue dun nominatif absolu rêvant éternellement sa propre duplication, imaginant les scénarios de lexistence multipliée par le miroir des images. Mais qui a jamais témoigné de ce halo silencieux de pure lumière, nimbant le chant et les couleurs de la vie ? La méditation de la vie sera donc lélucidation perpétuelle de lintimité jumelle de moi et moi, repos et mouvement à la croisée de lexistant et du non-existant. Consonance ou résonance du Seul multiplié des échos innombrables de son chant. Et puisquil y a autant de chants que dinstruments, il ne peut y avoir ni programme ni obligation ; il revient à chacun, quand il le peut, daccorder son instrument à cette musique sans notes Lorsque la connaissance extrême délivre lamour, lamour délivre la liberté. Ainsi naît la vie poétique

Je devrais dire : le poète, dire : ‘je’... Je suis responsable de la lumière où s’expose l’amour désirant le monde, c’est à dire responsable de moi-même oeuvrant, constituant, signifiant aux horizons de l’existence où je me co(n)nais… L’art est une traduction ou une interprétation de la visibilité du monde, de sa réalité physique, et une régénération de la langue, du vocabulaire, constitués pour le récit de la création et de la présentation… En regard d’un monde offert à l’expérience, l’art veut produire une autre perception de ce monde, et du même coup une autre aperception de moi-même… Ne pas effacer l’objet : simplement le désobjectiver, l’extraire de la perception qui en fait une chose et le rendre au règne de la Vie… Parachever la création, sans distorsion ; expliciter la différence, sans séparation : l’absolu en art, surrection de la vie éternelle.

il nous faut admettre ce mystère que je demeure pour moi-même. Bien quexistant je ne suis pas objet ; existant, multipliant les caractères dune seule personne ou me dispersant en une foule de personnes toutes pareilles à moi, je mouvemente la création grâce aux innombrables modalités de ma conscience Je mouvemente ou si lon préfère, je donne sens à ce qui serait chaos indifférencié sans le sujet, moi-même, témoin dans léconomie du Seul… Voir’, s’apercevoir que lEsprit pur est Vie, et qu’il y a création (cette dualité qui s’appelle je-u) et que je suis l’agent de cette création, ‘créateur-créé’ : telle, la splendeur de ma condition…



RO

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annhonym 20/01/2010 00:05




"il nous faut admettre ce mystère que je demeure pour moi-même. Bien qu’existant je ne suis pas objet ; existant, multipliant les caractères d’une seule personne ou me dispersant en une foule de
personnes toutes pareilles à moi, je ‘mouvemente’ la création grâce aux innombrables modalités de ma conscience… Je ‘mouvemente’ ou si l’on préfère, je donne sens à ce qui serait chaos
indifférencié sans le sujet, moi-même, témoin dans l’économie du Seul… ‘Voir’, s’apercevoir que l’Esprit pur est Vie, et qu’il y a création (cette dualité qui s’appelle je-u) et que je suis l’agent
de cette création, ‘créateur-créé’ : telle, la splendeur de ma condition…



Parachever la création, sans distorsion ; expliciter la différence, sans séparation : l’absolu en art, surrection de la vie éternelle."


Splendeur... et responsabilité de la création.
Oui, donner du sens et de l'harmonie a ce que ne serait,( et n'est souvent), qu'un chos indiférencié....l'Art de Vivre, vraiment, en connaissance de Cause et d'éffets

C'est pourquoi j'affirme: quand le disciple est ouvert
il est rempli de lumière.
Quand il est partagé, il est rempli de ténèbres..

Ev Thomas


Il y a de la lumière à l'intérieur d'un homme de lumière
Et il illumine le monde entier.
Si il n'illuminait pas, quelle ténèbres...

Ev de Thomas..

Et toi Renard, dans ta langue renardiére, comment nous dirais tu cela?


Renard 21/01/2010 03:09


Renard lui il a bien de la chance oui vraiment,car il n'a jamais rencontré de chaos indiférencié de toute sa vie.....même sous l'effet de la drogue oui vraiment le monde il était toujours ordonné
et plein de sens...pas toujours le même ordre...pas toujours le même sens....mais toujours! Un peu comme les biscuit de sa maman....ils on toujours une forme...jamais la même,mais toujours quand
même.Et oui.c'est un fin gastronome Renard!


Présentation

  • : Le blog de Renard
  • Le blog de Renard
  • : Métaphysique prétentieuse et mal formulée.Et oui,il est comme ça Renard!
  • Contact

Recherche

Archives