Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 05:27
mounier.jpg  Dépouillons les personnages, avançons plus profond. Voilà mes désirs, mes volontés, mes espoirs, mes appels. Est-ce moi déjà ? (…) Un effort encore, et je défais ces nœuds résistants pour atteindre à un ordre plus intérieur. (…) Cette unification progressive de tous mes actes, et par eux de mes personnages ou de mes états est l’acte propre de la personne. Ce n’est pas une unification systématique et abstraite, c’est la découverte progressive d’un principe spirituel de vie, qui ne réduit pas ce qu’il intègre, mais le sauve, l’accomplit en le recréant de l’intérieur. Ce principe vivant et intérieur est ce que nous appelons en chaque personne sa vocation. Elle n’a pas pour valeur première d’être singulière (…) mais, en même temps qu’unifiante, elle est singulière par surcroît. La fin de la personne lui est ainsi en quelque manière intérieure : elle est la poursuite ininterrompue de cette vocation. (…) La personne seule trouve sa vocation et fait son destin.

 Ma personne n’est pas la conscience que j’ai d’elle. (…) Ma personne comme telle est toujours au-delà de son objectivation actuelle, supraconsciente et supratemporelle, plus vaste que les vues que j’en prends, plus intérieure que les constructions que j’en tente. Sa réalisation, donc (…) est un effort constant de dépassement et de dépouillement, donc de renoncement, de dépossession et de spiritualisation. (…) Le sujet est à la fois une détermination, une lumière, un appel dans l’intimité de l’être, une puissance de transcendement intérieur à l’être. Loin de se confondre avec le sujet biologique, social ou psychologique, il dissout continuellement leurs contours provisoires pour les appeler à se réunir, au moins à se rechercher sur une signification toujours ouverte. Sous son impulsion, la vie de la personne est donc essentiellement histoire, et une histoire irréversible.

 

Emmanuel Mounier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

varna 10/02/2010 08:16


Désolé, mon copié-collé recopie aussi les fautes d'orthographe :

"" Mais cette constatation de nature intellectuel n'est t-elle pas justement le fait d'une personne? ""

--- Bien sûr ! (même si le constat a pu être fait déjà bien avant l'ère de l'intellectuel, notion assez récente et d'un sens plus précis). Mais c'est demander là s'il ne faut pas à l'oiseau être
oiseau pour voler, s'il ne faut pas au poisson être poisson et avoir des nageoires pour nager, etc.


""Et que resterais t-il de cette constatation sur l'être sans la personne qui l'émet?""
--- Eh bien tout autant qu'un oiseau sans aile ou un poisson sans nageoire. Autrement dit, votre question demande ... qui la pose. Voilà, là c'est vous ; juste avant c'était moi.
Sérieux : en tant que j'ai conscience de moi et du monde, je ne suis plus seulement un être humain, mondain, intellectuel, etc. "Aux hommes" (le monde humain) je ne suis qu'un homme ; "Au monde"
.... mais bon vous connaissez maintenant le refrain ! ;-)

""Au pays des Renard on dit dans les petits pots, les meilleurs onguents!""
--- Faîtes quand même gaffe aux fromages !

Bonne journée !


Renard 11/02/2010 04:10


Alors la oui vraiment mais le Renard dans l'échelle de ses certitude il n'est pas encore rendu au monde non vraiment,il aborde à peine les perceptions! Mais le Renard il aime bien les fromage....


varna 09/02/2010 15:48


Eh bien, quitte à être transmuée en personne, celle-ci déciderait en premier lieu de rester conforme à son mâââle sexe ... ;-)
Ensuite que la personne qu'il est, rétabli(e?) dans sa dignité, n'en est pas moins, en tant que telle, rien que mondaine. Sérieux : "aux hommes" il y a des personnes, "au monde" il n'y a que de
l'être. Je choisis donc l'espace le plus large des deux !

Mais Sire Renard (rusé comme on sait) se sent-il plus proche, quant à lui, du chien du berger ou du loup de la forêt ?


Renard 10/02/2010 01:27


Alors oui vraiment désolé pour transuexion involontaire et tout et tout....Varna ça faisait sexy et tout.....mais bon si le Varna il est velue!!!

" "aux hommes" il y a des personnes, "au monde" il n'y a que de l'être."
 Mais cette constatation de nature intellectuel n'est t-elle pas justement le fait  d'une personne? Et que resterais t-il de cette constatation sur l'être sans la personne qui l'émet? Au
pays des Renard on dit dans les petits pots, les meilleurs onguents!


varna 09/02/2010 08:53


Voilà un exemple parfait, selon moi, de ce qu'un homme qui cherche finit par trouver : il lui suffit de bien le définir, pour ne pas dire de l'inventer. Ah, le besoin de transcendance ! on va même
jusqu'à le rapetisser, toujours plus bas, (on a commencé avec les dieux et les forces de la nature) jusqu'à le dénicher dans la ... "personne". Quitte à mettre des majuscules, j'aimerais autant les
voir attribuer à ce qu'il y a de plus grand. Mais bon, c'est pas moi qui décide, n'est-ce pas ? ;-)


Renard 09/02/2010 14:48


Et si la Varna elle décidait,,,,qu'es-ce qui serait le plus grand?


Présentation

  • : Le blog de Renard
  • Le blog de Renard
  • : Métaphysique prétentieuse et mal formulée.Et oui,il est comme ça Renard!
  • Contact

Recherche

Archives