Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 20:41
complex.jpgAlors oui vraiment Renard il est content il à parlé de l'intelligence première et tout et tout. Mais le Renard oui il croit il est important de distinguer très clairement celle-ci de l'intelligence seconde.....celle que l'on nomme communément pensé.

Intelligence première:
-Comme Renard l'a précisé au cinquième barreau l'intelligence première précèdent tout y compris la seconde.
-Elle n'est jamais(jamais.jamais.jamais!) nue.....elle est toujours vêtue,habillé. Ses vêtements sont ce qu'on appelle nos sens. Elle est couleurs, sensations,sons etc.....Elle est aussi espace et temps. Plus subtile que le plus subtile Elle est pourtant la concrétude même du monde. Nulle abstraction ici, que du vue, de l'entendu et du ressenti.Elle est l'Acte d'apparaître lui même et on ne l'atteint que via l'apparence. Croire l'atteindre sans la médiation de l'apparence ou du ressenti, c'est fricoter avec une abstraction,domaine de la seconde intelligence. Et se contenter de l'apparence sans l'acte d'apparaître, c'est fricoter avec la mort.

Intelligence seconde:
-l'intelligence seconde est ce que l'on nomme généralement pensé, elle s'appuie entièrement sur l'intelligence première. Elle n'est qu'un écho de celle-ci, une réitération.
-Quoique que n'ayant ni forme, ni couleurs, ni sons ni aucune propriété perceptuelles aucune......elle se fait passer pour telle! Ce qu'on pense prend toujours une apparences sensoriel......généralement verbal (voix dans la tête) et visuel. Le simple fait de penser "ma jambe" et automatiquement une image mental de votre jambe vous viendra à l'esprit, même si concrètement vous ne regarder pas présentement la dite jambe. Cet automatisme crée un double fantôme du monde, non sensoriel mais se prétendant tel, pur imagination se prétendant réalité.
-L'intelligence seconde est entièrement dépendante de la première. Il est impossible par exemple d'imaginer une couleur entièrement nouvelle et qui ne soit pas un mélange de celles déjà existante. Il faudrait d'abord la percevoir "en vrai" pour pouvoir ensuite l'imaginer.
-S'identifier au conclusions, imaginations,déductions de l'intelligence seconde, c'est tenter de réduire l'intelligence première à la seconde,c'est tenter de réduire le créateur à sa créature, c'est tenter de réduire la vie à une de ses expressions. C'est se contenter de l'apparence sans l'acte d'apparaître,c'est fricoter avec la mort.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

joaquim 11/03/2010 00:13


Je ne comprends pas bien ce que tu entends par "volonté". C'est parce que l'autre est non-moi que je peux m'y ouvrir, et ce geste d'ouverture, c'est lui qui me fait moi, moi me créant, mais non pas
moi me possédant. "Je" n'est pas une identité, il est le geste de se désapproprier de soi en s'ouvrant à l'autre.


Renard 11/03/2010 21:49


Renard entend par volonté la simple volonté de l'humble créature....de Renard. Au sens très terre à terre du terme. La volonté de Renard est limité en action par la volonté des autres créatures et
par la résistance que lui oppose le "MONDE". Or comme Renard ne croit pas a l'extériorité du monde, il investigue donc la dite résistance et tout et tout. Quand au geste, Renard voit mal a quoi
d'autre donné le doux nom d'identité...de moi. Mais a ce point c'est plus affaire de poésie que de pensés cohérente. Le geste est en amont de l'ouverture au autres....au "moment" du geste il n'y a
ni autres ni monde. Ni moment d'ailleurs.


joaquim 09/03/2010 23:12


Et bien, ça valait la peine d'arriver en haut. La vue est superbe !

Tu dis : « Il est impossible par exemple d'imaginer une couleur entièrement nouvelle et qui ne soit pas un mélange de celles déjà existante. » C'est vrai. Je trouve très troublant ces malades
souffrant d'une perte de la vision des couleurs suite à une lésion cérébrale. Non seulement ils voient le monde en noir et blanc (un blanc sale, disent-ils), mais il ne sont plus capables
d'imaginer les couleurs. Même leurs rêves deviennent en noir et blanc. Ils savent encore nommer les couleurs, ils savent parfaitement qu'une tomate est rouge, mais il ne sont plus capables de
visualiser, même intérieurement, cette couleur. C'est quelque chose de très troublant. Une petite lésion cérébrale mal placée, et je ne sais plus créer le rouge. Il disparaît de mon horizon, comme
une montagne disparaît lorsqu'on s'en éloigne. Je devrais dire, donc, pour être conséquent avec mon affirmation que c'est moi qui créerait le rouge : lorsque je m'approche d'une montagne et qu'elle
se dresse devant moi, c'est moi qui la crée. C'est vrai, dans un sens. Non pas que je la fabrique. Mais que je goûte à sa montagnéité. En fait, créer n'est pas le bon mot. Parce que sa montagnéité
et moi, on est de la même nature. Elle s'exprime en moi, elle se développe sur moi, comme la branche se développe autour de la sève. Et lorsque la branche est cassée, la sève perd son habit. Elle
n'est plus que potentialité. Perdre le rouge, c'est alors un peu comme quitter un pays, ou perdre une branche.


Renard 10/03/2010 01:33


C'est pour ça que Renard voulait ouvrir la porte à la volonté,la possibilité d'agir,la puissance pour ton sujet sur l'altérité. Du point de vue de l'identité,pas de problèmes, mais du point de vue
de la volonté.....on fait avec ce qui nous est donné. Donné par qui?par quoi?Par moi-même.... oui...mais pas du point de vue de la volonté. De ce point de vue "Je est un Autre".


Annhonym 09/03/2010 17:28


"Intelligence première:
-Comme Renard l'a précisé au cinquième barreau l'intelligence première précèdent tout y compris la seconde.
-Elle n'est jamais(jamais.jamais.jamais!) nue.....elle est toujours vêtue,habillé. Ses vêtements sont ce qu'on appelle nos sens. Elle est couleurs, sensations,sons etc.....Elle est aussi espace et
temps. Plus subtile que le plus subtile Elle est pourtant la concrétude même du monde. Nulle abstraction ici, que du vue, de l'entendu et du ressenti.Elle est l'Acte d'apparaître lui même et on ne
l'atteint que via l'apparence. Croire l'atteindre sans la médiation de l'apparence ou du ressenti, c'est fricoter avec une abstraction,domaine de la seconde intelligence.

Ahhhhh...ca explique mieux l'echelle de certitude de Renard!!!Et aussi le fait qu'on peut employer les mêmes mots sans pour autant se comprendre..
.


Renard 09/03/2010 18:45


Alors oui vraiment il est aussi possible parfois de se comprendre sans même utiliser les mêmes mots.


latululireli 09/03/2010 11:30


Ce que j’hume par ici m’a frétillé le bout du nez.
« C’est un trou de verdure où chante une rivière… »

y a comme qui dirait un parfum dans la correspondance entre
verte prairie et caramboles, vertes fractales et astroboles

c’est comme qui dirait :

« …..de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »

Fun étique et fun éthique qui « jeuxjoient »

Careful with that axe, Eugene…que je me dis en pensant à cette vieille branche de Shéhérazade...

et l’ego, euh l’écho.. me renvoi le « Arrrrrrrgh !! »… d’Edouard M. –

et je vois le danseur de corde de Paul K. qui s’anime sur une corde à linge
tendue entre deux cocotiers.

Tout en glissant mon pied de biche sous la porte je me posais cette question :
« pourquoi le poil du mouton s’appelle la laine ? »

« Pull over » me souffle… quelkin qui était là sur le seuil

dans « le leurre du seuil ».


Renard 09/03/2010 18:40


Alors oui vraiment tous les Renard connaissent la réponse, c'est parce que sa chair attire notre haleine!!


Présentation

  • : Le blog de Renard
  • Le blog de Renard
  • : Métaphysique prétentieuse et mal formulée.Et oui,il est comme ça Renard!
  • Contact

Recherche

Archives