Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 00:19
accCBdivine«  La personne se constitue en première personne dans l’instant où, au sein de son 1 insécable, apparaît le miracle d’une relation l’unissant à elle-même. Cette relation - qui réitère la personne, fait qu’en sa fois unique, elle est 2 fois, 2 fois la même - est la conscience… Ce 2 est essentiel, c’est la différence entre “quelqu’un” et le néant. Si ce 2 n’était pas en ce 1, si ce 1 n’était pas l’unité de ce 2, ni vous ni moi ne serions là… nous n’existerions pas. Je vais remonter le courant encore une fois : Il y a “je” maintenant, et une pensée en train de naître. C’est tout. Il était une fois un présent infiniment aigu, qu’on nommait l’Origine (attention, il est précisé quelques pages avant : l’Origine n’est pas historique : elle est purement actuelle, avec ce corollaire : au fond de Maintenant est, tout simplement, la Vie, Je). En ces temps lointains, il y avait “je” et il y avait l’Etre. Je et l’Etre ne faisaient qu’un. En ce Maintenant, le sujet était sujet, le verbe était verbe ; le sujet aimait le verbe, et le verbe aimait le sujet ; ils étaient l’Oeuvre, et l’Oeuvre, fécondée, était grosse de l’infinité des oeuvres possible. Puis, “je” enfanta la première de toutes les pensées, la première de toutes les affirmations… et l’unité se déchira… Le sujet s’écarta du verbe… il n’y eut plus ni verbe ni sujet… le sujet dégénéra en une sorte d’objet… Ultime précision, et je n’en rajouterai plus : Il est dans la nature des choses que le 1 engendre le 2 ; que l’unité “moi” engendre la dualité “moi” / “non-moi” (ou plutôt la trinité “moi”/intervalle/”non-moi”). Cette génération est naturelle. La falsification de la parole originelle, porteuse de la création, eut pour conséquence l’émersion d’une deuxième création, falsifiée. Il existe donc une dualité saine et sainte, et une dualité apocryphe et létale… Une seule petite perception en laquelle est traitée logiquement la relation sujet – être - nature du sujet, et c’est tout l’univers qui se fige, se tétanise… L’éveil signifie donc exactement je veille dans la conscience de l’irréalité de l’effet produit (personnellement) par mes productions mentales. Je finirai par cette ultime précision : Lors de “l’éveil”, il y a la perception brève, mais précise et limpide, d’une résolution de moi - observateur et de l’acte d’auto-observation en l’ineffable et primordial ébranlement de la conscience moi.  Une pensée veillée, une pensée observée ? Celle-ci comme un écho de la pensée veillée ! »


( Stephen Jourdain,Première Personne)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

latululireli 26/03/2010 11:35


scusi.. santé le soi ça va de soie.


latululireli 26/03/2010 11:01


Moi, toute petite devant la statue de Notre Dame de la Parade, essayant de lire dans ses yeux de plâtre et dans ceux de l’enfançon tout aussi silencieux.
Et puis depuis ; de puits en puits, toutes ces images saintes, terrifiantes, revisitées, démystifiées m’ont murmuré le mot …bonté, qui, comme ces roses anciennes gardent encore la trace du soin
attentif d’un jardinier.
Je les vois avec de grands chapeaux, les jardiniers.

Tu vois, c’est l’ espérance.
Fragile, vulnérable, suranné, comme le mot tristesse.

Et bien des années plus tard, je vois un certain fleuve Jourdain qui passe par la rue pavée où j’habite. Je dis tiens, il a plu cette nuit.

L’attention incarnée, d’un qui est passé.
Demeure.
Attention ! et attention.
Les cordes qui entravent les chairs et les cordes de Monsieur de Sainte Colombe dans « Tous les matins du monde ».
Tout ça est vraiment tout petit, minuscule.
Tout ça comme une immense tendresse.

Et puis il y a ces oiseaux-flèches qui tracent des mots comme ceux-ci, trouvés sur une page du dernier lien que tu as laissé :
D’un qui a écrit sur « Le Très bas ».
:
« La sainteté, c'est juste de ne pas faire vivre le mal que l'on a en soit... Le manque d'attention est la racine du mal » CB ;
et tous ces autres, ces merveilleux autres.
« Alors Monsieur Hemingway… ça va … mieux ? »

alors, de A à Z. …etc.


Renard 26/03/2010 19:50


Alors oui vraiment le Bobin il a tout compris. Une oeuvre exceptionnel. Tout ce qui se prétend suprême ou ultime est vide de toute valeur. Ce qui crie regarder comme je suis important, n'a rien a
offrir.Non vraiment.


Présentation

  • : Le blog de Renard
  • Le blog de Renard
  • : Métaphysique prétentieuse et mal formulée.Et oui,il est comme ça Renard!
  • Contact

Recherche

Archives